Notre série sur le camp d’entraînement d’Yverdon Sport se poursuit. Aujourd’hui, nous vous partageons les activités réalisées par le groupe durant la journée du mercredi.

Le premier entraînement de la matinée du troisième jour – le mercredi – se déroule sans les attaquants Ridge Mobulu et Gentian Bunjaku, tous deux laissés au repos. Le second réintégra le terrain pour la séance de l’après-midi. A l’entame de cette mise en train, l’entraîneur Jean-Michel Aeby a choisi l’humour pour faire passer son message du jour. Du côté des joueurs, le sérieux et l’intensité affichés sont de la partie, durant un entraînement qui a pleinement donné satisfaction à l’entraîneur genevois. Ce dernier insiste toutefois: attention aux blessures qui pourraient venir ternir cette préparation, et qui sont susceptibles d’intervenir à ce moment-là d’un stage qui n’épargne pas les joueurs. D’autant plus dans une journée qui s’annonce bien remplie.

Des exercices spécifiques

Travail technique, travail par postes, football-tennis, intensité, schémas répétés: le groupe réagit bien sous un soleil qui a refait son apparition, contribuant ansi à renforcer la bonne humeur régnant au sein du groupe. Le préparateur physique Löic Besançon ainsi que l’assistant Amar Boumilat sont également très impliqués dans la préparation des exercices, lesquels concoctent des entraînements adaptés à leurs joueurs. Les gardiens également s’astreignent à des séances bien remplies: sollicités pour différents exercices, dont certains spécifiques axés sur la réactivité et la condition physique, les deux portiers se sont ensuite relayés dans les buts, malgré l’absence de leur entraîneur Pino Varquez. Tant Kevin Martin que Valmir Sallaj ne sont donc pas épargnés lors de cet entraînement.

Entretiens personnels

La fin de journée ressemble aux précédentes: après une seconde séance d’entraînement, les joueurs bénéficient de soins, de massages, et profitent du spa et hammam, tout en insistant sur la récupération. Les bains froids sont fortement conseillés après les entraînements ainsi que le passage à la piscine chauffée. Le mercredi est également l’occasion pour le staff de s’entretenir avec ses joueurs. Ainsi, des entretiens personnels sont mis sur pied par Jean-Michel Aeby et Amar Boumilat. A noter que jeudi, le match amical opposant Yverdon Sport aux réservistes du FC Krasnodar, équipe russe, aura lieu à 17h (15h en Suisse), au Pavillon Sport Center de Belek, et sera donc l’unique test de ce camp après l’annulation du match de mardi.

Le rôle du staff durant le camp (1ère partie)

Amar Boumilat: entraîneur assistant (44 ans)

Le Français habitant Martigny est arrivé en même temps que Jean-Michel Aeby. Dès la reprise de janvier, le diplômé de la STAPS (Master universitaire), a tout de suite été séduit par le projet yverdonnois. Après avoir entraîné les jeunes de Toulon, Amar Boumilat transite successivement par la 3è division française et l’équipe olympique de Côte d’Ivoire, avant de se retrouver, en 2013, en Suisse. Il passe notamment au FC Sion où il y reste durant cinq saisons, le temps pour lui de côtoyer une personne qu’il affectionne: Didier Tholot. En arrivant dans le club du Nord vaudois, il adhère de suite au style de travail de Aeby. Il aime participer, collaborer, et faire un travail commun. Et il sent ici une confiance réciproque. Le travail de terrain, il l’apprécie.

Les journées sont longues lorsqu’il faut analyser les séquences, préparer, varier, composer le programme du lendemain en totale collaboration avec l’entraîneur principal. La planification du camp, et celle des semaines de travail – avant et après ce dernier – il en fait son affaire. Son but pour le club est de faire des joueurs des sportifs de haut niveau, et de suivre la progression de ceux-ci. Une immense satisfaction serait de voir YS se stabiliser à l’échelon supérieur, et que tous se sentent «pros», à la fois dans la tête et sur le terrain.

Loïc Besançon: préparateur physique (33 ans)

Au club pour sa troisième saison, le professeur d’éducation physique est passionné par sa tâche au sein d’Yverdon-Sport. Un travail complet qui n’est pas uniquement basé sur l’effort sur le terrain, mais qui consiste également à proposer des dialogues avec les joueurs. Il s’appuie en outre sur un travail informatique important avec le groupe vert et blanc.

La journée type de Loïc Besançon commence d’abord par la préparation du déroulement de cette journée. “Dans un camp, on s’informe dès le petit-déjeûner de l’état des sportifs: santé, récupération, comment s’est passé la nuit. La préparation de l’entraînement sur le terrain, l’échauffement, et la préparation des postes. Une discussion au préalable a eu lieu avec l’entraîneur Jean-Michel Aeby, sur les choix des exercices, et la mise en pratique. A la fin des séances, les étirements sont des habitudes de travail que le sportif doit avoir.” Et le préparateur y veille. La récupération de données informatiques et la discussion avec l’assistant Amar Boumilat est aussi nécessaire pour faire un résumé du travail accompli par les joueurs. Tout cela pour anticiper les problèmes et ainsi mieux les gérer.

#AllezYS

© Photo : Flashpress/ Allenspach