Malgré l’arrêt des compétitions, YS II caracole en tête du championnat de 2e ligue avec six points d’avance sur son poursuivant Echallens II. Yohan Pitton (20 ans), milieu de terrain des Verts, revient avec nous sur le premier tour de son équipe, mais aussi sur la suite. Comme beaucoup de jeunes joueurs de la seconde garniture, l’Yverdonnois espère bien rejoindre la première équipe lorsque sa chance se présentera. Interview.

YS: Après dix rencontres de championnat, YS pointe en tête du classement avec neuf victoires et un nul. Un bilan forcément satisfaisant.

Yohan Pitton: C’est sûr, mais c’était aussi notre objectif d’avant-saison. Notre but est de ne perdre aucun match avant la fin de l’exercice. Après, bien-sûr, le plus important reste la montée.

YS: Qu’est-ce qui a fait votre force durant ce premier tour ?

YP: Je dirais qu’il y a un bon équilibre entre les jeunes et les plus expérimentés. Tout le monde s’entend très bien.

YS: C’est que l’effectif est plutôt chargé. N’avez-vous pas peur de vous retrouver sur le banc parfois ?

YP: Au début, j’ai commencé pas mal de rencontres sur le banc. Mais petit à petit, si on est bons aux entraînements, on finit par être récompensés. Le coach gère bien cette situation. Et il ne faut pas oublier que, nous les plus jeunes, on a également l’occasion d’aller jouer avec les juniors A.

L’ambiance est bonne au sein de la seconde garniture d’YS, qui enchaîne les victoires depuis le début de la saison.

YS: Qu’est-ce qui pourrait vous empêcher d’atteindre votre objectif, à savoir la promotion?

YP: Cela arrivera si on commence à se montrer trop décontractés, trop sûrs de nous, et à sous-estimer nos adversaires. Mais ça m’étonnerait franchement que ce soit le cas dans notre équipe. Jusqu’à maintenant, on a abordé chaque match avec sérieux. Ensuite, la règle est la même qu’en Promotion League: la moitié des rencontres doit être jouée pour que le championnat soit validé. Je suis plutôt confiant de ce côté-là.

YS: Toi qui a évolué en 2l inter., à Colombier, et qui connais ce niveau de jeu, estimes-tu que l’équipe a sa place plus haut ?

YP: Totalement, et c’est le cas aussi pour d’autres formations de notre groupe actuel. Franchement, on serait loin d’être ridicules.

YS: Pourquoi être revenu à Yverdon Sport ?

YP: Je suis parti à Colombier en prêt il y a deux ans et demi. J’étais alors contingenté avec la “une” d’YS. Là-bas, j’ai obtenu le temps de jeu que je n’avais pas ici. Mais la deuxième saison fut plus compliquée, il y a eu passablement de changements. J’ai alors décidé de revenir à Yverdon. Au niveau de mes études, c’était aussi plus simple. Mon objectif était de parvenir à jouer avec la une. Et c’est toujours le cas.

Yohan Pitton a inscrit deux buts durant le premier tour.

YS: L’une des volontés de Vagner Gomes, entraîneur de la “deux”, est effectivement d’amener des joueurs jusqu’à la première équipe. C’est un challenge stimulant.

YP: Oui, et je pense que si je mérite ma chance, alors elle viendra. Mais le contraire est également valable: si je ne fais pas les efforts pour, alors elle ne se présentera pas. Maintenant, à moi de me montrer décisif avec la deuxième équipe pour espérer avoir cette chance avec la une. A l’heure actuelle, je n’ai été qu’à une reprise avec l’effectif de Jean-Michel Aeby, c’était lors d’une opposition interne.

YS: Comment l’équipe s’entretient-elle depuis l’arrêt des compétitions ?

YP: Nous n’avons pas reçu de programme pour nous maintenir. Ils nous ont en revanche dit qu’il ne fallait pas attendre bêtement la reprise, alors on s’entraîne de notre côté. Le championnat risque de reprendre un peu plus tôt. Il faudra être prêt le jour où ça reprendra. Personnellement, je m’entraînais peut-être un peu trop au début (ndlr: de l’arrêt). Du coup, j’ai contracté une blessure musculaire à la cuisse. En ce moment je fais de la physio, et met un peu plus l’accent sur la musculation, vu que je ne peux pas trop courir.

YS: Vous seriez prêts à reprendre plus tôt que d’habitude?

YP: Évidemment. On attend tous une chose, c’est de pouvoir être sur le terrain. Aussi, nous avons un très bon préparateur physique, Maric Grujica, qui nous prépare idéalement. En début de saison, c’était une de nos forces, d’ailleurs.

© Photo : Flashpress/ Allenspach

#AllezYS