Il y a les joueurs pour qui le football constitue l’unique activité de la journée, et ceux pour qui il ne s’agit que d’une passion. Aujourd’hui, à Yverdon Sport, plus d’un tiers de l’équipe exerce un travail ou des études à côté du football, à divers pourcentages. À travers cette rubrique “Ils mènent une double vie”, composée de trois portraits différents qui seront publiés cette semaine, nous avons décidé de vous présenter le quotidien de ces joueurs, que nous avons rencontrés sur leur lieu de travail.

Sa quatrième saison à Yverdon Sport sonne comme un tournant dans sa carrière. A 29 ans, en Promotion League, Adriano De Pierro se retrouve à la croisée des chemins, entre le monde professionnel et amateur. L’occasion de revenir un peu sur son parcours footballistique, mais également professionnel.

L’essentiel de sa formation à Team Vaud

Celui qui a commencé à jouer dès les juniors E à Forward Morges – après s’être aussi essayé au hockey sur glace – s’est rapidement retrouvé dans la cour des grands. Il a signé un premier contrat professionnel dans la capitale, à YB, alors qu’il n’avait que 18 ans. Une première opportunité venue après efforts et labeur : à Morges, “Adri” suit tout d’abord la filière juniors jusqu’en C inter, avant que les sélections vaudoises ne lui fassent de l’œil. Il rejoint ainsi les M15 du Lausanne-Sport, puis les M18 de Team Vaud, avant d’être intégré en avance avec les M21 de cette même formation. Le défenseur central se retrouve même sur le banc de la première équipe à quelques reprises, sans pouvoir toutefois nécessiter de temps de jeu. C’est à cette période que le Vaudois d’origine italienne entame un apprentissage de logisticien.

Sous l’égide de Petkovic

Après un an, il reçoit une offre professionnelle du club bernois de Young Boys. Une occasion qu’il saisit, puisqu’il signe un contrat de quatre ans. Tout ne se passe cependant pas comme prévu sous les ordres de Vladimir Petkovic au Stade de Suisse, là où il n’évolue finalement que durant deux saisons. Il dispute sept rencontres lors de sa première saison, deux lors de la seconde. Pas suffisant à ses yeux, lui qui décide alors de revenir en Suisse romande – à Nyon (durant une saison), tout d’abord, avant de drastiquement changer de cap et de se rendre au Tessin, au FC Lugano (une saison également). S’en suit un retour au Lausanne-Sport, formation avec laquelle il connaît à la fois les joies de la Challenge League et de la Super League, avant de finalement rejoindre Neuchâtel Xamax.

Adriano De Pierro (YS et Ochsner Sport). (c)FLASHPRESS/ALLENSPACH

Du côté de la Maladière, le Morgien est alors titillé par un projet que lui propose un agent : « Mais cela ne s’est pas vraiment concrétisé, regrette De Pierro. Je suis parti une semaine aux USA, mais cela n’a pas marché. On m’a un peu mené en bateau… Du coup je suis revenu en Suisse. » C’est là qu’il prend la direction d’Yverdon Sport, alors entraîné par Philippe Perret, en Première Ligue classique. Une catégorie de jeu qu’il quitte après une saison puisque son équipe est promue en Promotion League.

Gestionnaire en commerce de détail

Ses 97 parties en Challenge League ne lui garantissent pourtant pas un avenir de football professionnel. A YS, il compte déjà 81 rencontres à son actif et se sent particulièrement bien dans le Nord-vaudois. C’est d’ailleurs dans le chef-lieu du district, en août 2017, qu’il débute une formation dans la vente chez Ochsner Sport. Trois années de formation qui lui permettront d’obtenir un CFC de gestionnaire de commerce de détail. Contrairement à un grand nombre de ses coéquipiers, Adriano De Pierro devra se démener, ce printemps, pour réussir ses examens pratiques et théoriques, ces derniers étant liés aux cours qu’il suit au Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV).

Actuellement, Adriano De Pierro a été « transféré » dans le magasin d’Aubonne. L’équipe yverdonnoise a d’ailleurs entièrement été répartie dans d’autres lieux, le temps pour la filiale d’Yverdon de transformer une autre surface et de déménager à la mi-mars prochain. Ce déménagement aura lieu à cent mètres du magasin «historique» de produits de sports que les habitants de la Cité thermale connaissent bien, à la rue du Lac. Cette formation, il ne la regrette pas : « Avoir un pied dans la vie active, cela forge une autre mentalité. L’apprentissage de la vie d’entreprise a des avantages et des inconvénients. C’est un bagage qui vous suivra toute votre vie. » Le Morgien est apprécié par ses collègues et se plaît dans cette enseigne, là où l’ambiance de travail y est bonne, que ce soit à Aubonne ou à Yverdon. « Même si mon employeur est par définition très sportif, j’arrive à obtenir des arrangements au niveau des horaires, notamment pour les entraînements, ou pour les matches. Mais pas de passe-droits. Les heures doivent être faites ! » Ce sont donc des journées à rallonge pour le numéro 14 d’YS, si l’on tient compte des déplacements, de la récupération, des soins, ainsi que de la charge de travail liée à ses cours.

Objectif : la montée à tout prix

Côté sportif, l’objectif du défenseur central est clair : « Monter avec l’équipe ce printemps est l’unique option. Et redevenir joueur professionnel est un but personnel. Le concrétiser avec YS serait très positif. Mon choix n’est pas trop compliqué actuellement. Après l’obtention de mon CFC, au mois de juin, je pense me consacrer encore quelques années au football. » Un projet qu’il espère bien entreprendre dans la Cité thermale. Une chose est sûre : en tant que vendeur, Adriano De Pierro a des atouts à faire valoir : sa gentillesse, son sourire, sa facilité de contact. Sur le terrain, toutefois, il s’impose comme « patron » lorsqu’il est aligné, et n’hésite pas à jouer des coudes pour remporter ses duels. Une rigueur et un fair-play constants, qui font de lui un défenseur respectueux et respecté.

© Photo : Flashpress/ Allenspach