Le Team Vaud Yverdon Région et Broye s’est rendu à Bâle ce week-end pour participer au tour final de la Coupe de Suisse. Ils ont loupé d’un rien une qualification historique pour les demi-finales. Michaël Licciardi, un des entraîneurs M15, nous livre son ressenti.

Il s’en est fallu de peu pour que les juniors M15 d’Yverdon Sport n’accèdent à la demi-finale face aux meilleures formations du pays de la catégorie. A Bâle, où douze des meilleures formations de la saison étaient réunies durant le week-end, le sort n’était pas du côté des Yverdonnois. Par deux fois, ils ont fait jeu égal avec leur adversaire (1-1 contre GC et YB dans le temps réglementaire). Mais par deux fois, ils se sont inclinés lors d’un inédit “shootout”, une séance de penalties identiques à ce que l’on peut retrouver au hockey sur glace. Frustrant, tant la performance du week-end était à la hauteur de l’évènement.

YS : Michaël Licciardi, expliquez-nous déjà comment se sont déroulées ces deux rencontres.

ML : Il s’agissait de rencontres de deux fois vingt-cinq minutes. Contre GC, tout d’abord, nous sommes menés 1-0 avant de revenir dans la rencontre. Au shootout, nous avons même la balle de match lors de la dernière tentative. Nous ne concrétisons pas et derrière, on finit par s’incliner. Face à YB, cette fois, c’est nous qui menions au score, et nous nous sommes faits rejoindre dans les dernières secondes. Alors que, quelques minutes avant, nous tirons sur la latte. C’est un scénario rageant, vraiment.

YS : Vous êtes passés vraiment proches d’une qualification pour les demi-finales.

ML : Oui, malheureusement une défaite au shootout ne rapporte qu’un point. Nous avons finalement terminé troisièmes du groupe, sans réellement avoir perdu de match. Contre YB, notre gardien a même retenu un but lors du shootout, avant que l’arbitre se rétracte et ne désigne… un penalty ! Autant d’éléments qui rendent la défaite un peu frustrante. Nous nous sommes rendus à Bâle avec de l’ambition, avec l’envie de créer l’exploit. On en parlait depuis quinze jours à l’entraînement, la préparation pour cet évènement a été minutieuse.

Modou Boye (à gauche) et Michaël Licciardi (à droite) ont constitué le staff “spécial” pour ce week-end, composé également de Johann Demarque et Stéphane Cruz.

YS : Malgré tout, on vous sent fier de votre équipe.

ML : Oui, car on est vraiment passés proches d’un bel exploit. Nous sommes des M15 régionaux, et là nous avons bataillé avec des M15 nationaux. Les garçons et Noémie (ndlr: la seule fille de l’équipe) ont vraiment réalisé de grandes performances. On a dignement représenté le club. Les jeunes ont eu de la persévérance, surtout. Après le scénario de la première rencontre, ils ont su se remobiliser, ce qui n’était pas chose facile.

YS : Et comment vos joueurs et joueuses ont-ils vécu cet évènement ?

ML : Tout d’abord, la préparation de ce week-end a été inédite. C’était un peu leur Ligue des champions à eux. Nous sommes partis la veille à Bâle, pour dormir à l’hôtel. Tout le monde a bien joué le jeu, ils étaient vraiment en forme le lendemain matin pour le réveil musculaire et la préparation de match. Ensuite, au terme des deux rencontres, c’est la déception qui prédominait. Mais le lendemain, dimanche, ils ont pris conscience qu’ils venaient de batailler avec les meilleures formations de Suisse.

YS : Maintenant, vous allez retrouver le championnat.

ML : Oui, il nous reste deux rencontres avant la fin de l’exercice. Nous devons affronter Fribourg et Bâle, deux adversaires qui se trouvent juste devant nous au classement. Notre but est d’aller chercher une place sur le podium. Pour cela, nous devrons aller chercher des points face à ces deux belles équipes.

© Photos : Flashpress/ Allenspach

#AllezYS