Pour la première rencontre du tour de promotion, Rapperswil-Jona et YS se sont quittés sur le score de 1-1. Une partie complètement différente du match aller disputé deux semaines plus tôt au Stade municipal.

Il est souvent question du verre à moitié plein ou du verre à moitié vide. En ramenant un point de son déplacement à Rapperswil-Jona, Sébastien Le Neün et ses coéquipiers emportent avec eux un sentiment de frustration. Premièrement car ils avaient ouvert la marque en fin de rencontre (88e) grâce à un pénalty transformé par Gentian Bunjaku. Deuxièmement parce qu’une victoire sur le terrain du Grünfeld aurait permis aux joueurs d’Yverdon Sport de prendre quinze points d’avance sur leur adversaire du jour, et l’éliminer ainsi définitivement de la course à la promotion. Mais Rapperswil a fini par égalisé dans les arrêts de jeu. 1-1 score final, statut quo en tête du championnat de Promotion League. 

Face aux St-Gallois, YS a montré un excellent visage. Il en a tout d’abord fallu de peu en première période pour que les Verts ne prennent l’avantage. Malgré vingt minutes initiales légèrement à l’avantage des locaux, la tendance s’est inversée au fil de la rencontre. Marculino Ninte s’est montré très en vue et aurait pu ouvrir la marque à la demie heure de jeu. Derrière, la charnière centrale composée de William Le Pogam et de Sébastien Le Neün – en l’absence sur blessure de Mustafa Sejmenovic, Adriano De Pierro n’était quant à lui pas encore à 100% – n’a pas réellement été inquiétée et a fait le travail à chacune de ses interventions. 

Norman Peyretti a fêté son retour, samedi

Retour de Tokam et Peyretti

En deuxième période, les joueurs d’Yverdon Sport ont pris le jeu à leur compte et ont poussé pour aller ouvrir la marque. Muamer Zeneli, très en vue sur son côté gauche, a multiplié les offensives et les centres, notamment à destination de Marculino Ninte. Le latéral d’YS a par deux fois trouvé la tête de son coéquipier, qui était chaque fois très proche de débloquer le score. Entré à la 70e, Norman Peyretti a effectué son retour en jeu et a apporté tout son allant sur l’aile droite. Il a notamment tenté sa chance de loin quelques minutes après son apparition, obligeant le portier adverse a concédé le corner. 

Cette première rencontre du tour de promotion marquait également le retour au jeu de Perrault Tokam. Le milieu de terrain, touché en début de préparation, a disputé les nonante minutes sur le terrain du Grünfeld, apportant tout son impact physique dans le collectif d’YS. Et il en fallait dans cette partie, où les coups se sont multipliés. Des fautes pas toujours sanctionnées par l’arbitre de la rencontre. 

Toujours dix points d’avance

On pensait donc que l’ouverture du score de Gentian Bunjaku allait suffire au bonheur des Yverdonnois. Mais Rapperswil n’a pas abdiqué et a poussé, arrachant l’égalisation dans les tous derniers instants (1-1). La déception était palpable dans les rangs d’YS au terme de la rencontre, mais elle ne doit en rien effacer la bonne performance réalisée face à un poursuivant direct à la promotion. Ce résultat constitue en effet un bonne opération compte tenu du nul, dans le même temps, d’Etoile-Carouge face au Stade Nyonnais (1-1). A six journées de la fin, Yverdon Sport conserve ses dix unités d’avance sur les Genevois. Rapperswil-Jona, toujours à douze points, voit pour sa part la promotion s’éloigner un peu plus. 

Gentian Bunjaku (à droite) a parfaitement transformé son penalty.

La réaction d’après-match: Gentian Bunjaku est revenu avec nous sur la rencontre.

“Cette réussite, je l’attendais depuis longtemps. Elle vient récompenser mes efforts, c’est de très bon augure pour la suite”

Gentian Bunjaku

YS: Gentian Bunjaku, en inscrivant cette réussite en toute fin de rencontre sur penalty, tu pensais certainement offrir la victoire à ton équipe.

GB: Exactement. Je vois le temps qu’il reste, je me dis qu’on a fait le plus dur. D’autant plus dans cette partie très compliquée, face à une équipe très solide. Malheureusement, il nous manque un peu de concentration après cette ouverture du score, et on leur donne l’opportunité d’égaliser. C’est un peu un mal pour un bien. On ne perd pas, mais c’est un rappel pour la prochaine fois.

YS: La rencontre a été très engagée. Comment l’as-tu vécu lors de ton entrée en jeu ?

GB: On savait que ça allait être un combat. Ils n’avaient plus le choix: ils devaient nous battre, sans quoi leur suite de saison allait être compromise. On était prêts au combat, on savait à quoi s’attendre avec ce déplacement et je pense qu’on a répondu présent.

YS: Ton sentiment, à chaud. Un peu plus de déception que de satisfaction, on imagine ?

GB: Plus de déception, oui. On fait le plus dur en marquant ce premier but. Et puis… on sait qu’on doit faire attention durant les cinq minutes qui suivent une réussite. En face, ils ont su saisir leur chance.

YS: A titre personnel, cette réussite elle te permet de faire le plein de confiance.

GB: Elle fait du bien, oui. c’est le moment, je l’attendais depuis longtemps ! Elle vient récompenser mes efforts. C’est de bon augure pour la suite.


Galerie photos:

© Photos : Flashpress/ Allenspach