Les joueurs d’Yverdon Sport étaient mené à la mi-temps par le FC Bavois. Ils ont finalement su passer l’épaule (2-1) après la pause, grâce notamment à un doublé de Norman Peyretti et un travail de fond de toute l’équipe.

C’est le type de victoire qui peut forger le mental d’un groupe et souder son collectif. La rencontre de samedi face à Bavois, au Stade municipal, n’avait absolument rien de similaire à celle opposant les Verts à Köniz, trois jours plus tôt (victoire 7-1). En face, si les Bavoisans n’étaient certes pas venus dans la Cité thermale pour offrir un spectacle des plus attrayant, ils ont conservé cette ferme intention de venir bousculer les joueurs d’Yverdon Sport, comme à chaque fois que ce derby se présente. Ce sont d’ailleurs eux, les hommes de Bekim Uka, qui ont ouvert le score dans cette partie par Misic (35e).

Avant cela, les débats étaient bien équilibrés. Le capitaine Sejmenovic a vu son coup de tête terminer sa course à quelques centimètres de la lucarne d’Enrico (9e), tandis que le remuant Alvarez, pour Bavois, avait aussi eu son occasion deux minutes plus tôt. L’ouverture du score, sur un contre bien mené par ce même Alvarez, est venue doucher les espoirs des Verts en première période, d’autant plus que ces derniers ont perdu Allan Eleouet sur blessure avant la pause, remplacé par Norman Peyretti, de retour à la compétition après quatre semaines d’absence.

Norman Peyretti (en blanc, à droite) a fêté son retour avec un doublé, samedi.

L’arrêt XXL de Kevin Martin

Eu deuxième période, Jean-Michel Aeby a opté pour une formule inédite sur le front de l’attaque. Bunjaku, entré et jeu, a été associé à Cortelezzi, eux qui étaient soutenus sur les ailes par Morelli et Peyretti. Fortement muselé en première période par des Bavoisans qui avaient décidé de le suivre à peu près partout, l’Uruguayen a reçu du soutien sur la pointe de l’attaque. Un apport qui s’est rapidement avéré payant.

Surtout, le tournant du match est tombé en début de seconde période (47e). Seul face à Begzadic, Kevin Martin a en effet sorti un arrêt spectaculaire, avant que l’attaquant du FCB n’ajuste le poteau sur sa reprise. Une action décisive pour YS, fatale pour Bavois.

Le portier Kevin Martin a veillé sur la cage d’YS.

Retour gagnant pour Peyretti

Entré en jeu en fin de première (40e), Norman Peyretti a été dans tous les bons coups face à Bavois. C’est lui qui s’est retrouvé au point de penalty pour l’égalisation (51e) après un somptueux travail préparatoire d’Ali Kabacalman, lui-même bien servi par Sergio Cortelezzi. Le Français a même inscrit la deuxième réussite des Verts (74e), d’une demi-volée appliquée dans les seize mètres. Deux buts de véritable attaquant. “Habituellement, j’ai un peu de mal avec ces appels dans les derniers seize mètres. Je suis quelqu’un qui centre beaucoup, qui rentre, qui frappe. Mais ce sont des buts qui me font du bien, pour la confiance dans mes déplacements.”

Dans un premier temps, le numéro 33 d’YS devait plutôt entrer en fin de rencontre. Mais ça, c’était avant la blessure d’Allan Eleouet. “Je ne suis jamais entré dans ces conditions, avant la pause. Ce sont des circonstances spéciales, notamment lorsqu’on revient de blessure. Mais je ne me suis pas posé plus de questions. J’étais un peu euphorique, je voulais apporter le meilleur de moi-même. J’avais faim!”

Mental et sacrifice

En fin de match, Bavois aurait pu égaliser par Begzadic. Une réussite finalement annulée pour une supposée position de hors-jeu. Adrian De Pierro, blessé, a dû terminé la rencontre en boitant, les cinq changements étant déjà effectués. “C’est dans ces moments que l’on voit les caractères. On a souffert par moments, mais on a su tenir. Notre staff nous pousse aussi dans ce sens, relevait Norman Peyretti au terme de la rencontre. Ce ne sont jamais des matches faciles face à Bavois, on le sait. Mais nous n’avons rien à nous reprocher. A l’heure actuelle, l’équipe est surtout contente d’arriver au bout de ces deux semaines anglaises avec autant de points.”

Hugo Fargues a de nouveau été exemplaire à mi-terrain. Pourtant, les Bavoisans ne lui laissent que peu d’espaces.

Grâce à ce succès, YS compte désormais cinq points d’avance sur Cham (qui a joué un match de moins) et sept sur Brühl en tête du classement. Samedi prochain, le 17 octobre, Mustafa Sejmenovic et ses coéquipiers se déplaceront à Bellinzone.

Retrouvez la galerie photo:

#AllezYS

© Photo : Flashpress/ Allenspach