Yverdon Sport entame une période capitale. Dimanche, les Verts affronteront FC Münsingen en terres bernoises. La première des cinq rencontre qu’ils disputeront lors des deux prochaines semaines. Axel Danner, latéral d’YS, est l’invité de ce traditionnel “match-après-match” et se livre avant cette partie.

YS: L’équipe s’apprête à livrer deux semaines anglaises à la suite. Une période forcément délicate, même si la qualité de l’effectif peut permettre de faire la différence.

Axel Danner: Le calendrier a fait les choses ainsi. Deux semaine anglaises de rang, c’est assez inédit, et j’aurais préféré qu’elles interviennent de manière un peu plus espacées. Maintenant, comme vous l’avez dit, on a l’effectif pour, et c’est l’occasion de démontrer la qualité de celui-ci.

YS: Le premier obstacle de cette série est le FC Münsingen. Qu’attendre de cet adversaire qui pointe à la dernière place du classement ?

On risque de se frotter à des joueurs costauds, grands et dotés de bonnes qualités physiques. Un football bien différent de ce que l’on a connu jusqu’à présent, notamment face aux formations de M21. Ce ne sera pas un match facile, et je le pense vraiment. Ils ont le couteau entre les dents et risquent de jouer avec les tripes pour arracher au moins un point.

Axel Danner a été titularisé lors des cinq premières rencontres de ce début de saison.

YS: Avez-vous été mis en garde sur un aspect en particulier ?

Pas spécialement, même si nous avons évoquer l’état du terrain de cet adversaire. Mais il ne faut pas prendre le terrain comme une excuse: cela reste une surface de jeu. Nous devons respecter l’adversaire et nous donner à fond pour obtenir les trois points. Ce n’est pas l’adversaire qui décide du nombre de points et de la valeur de ceux-ci. A nous aussi de ne pas être rassasiés après notre début de championnat. Mais en tant que compétiteurs, ça ne doit pas arriver !

YS: Justement, en parlant de ce début de championnat. Il est forcément satisfaisant pour vous et pour l’équipe.

Oui, mais j’aurais préféré que vous me posiez la question après les trente rencontres. C’est à ce moment-là qu’on pourra tirer des conclusions. D’un point de vue personnel, j’ai envie de bien faire, de tout donner. En tant que latéral, aujourd’hui, on vous demande d’être impliqué autant offensivement que défensivement, donc on peut toujours mieux faire.

YS: Ce scénario, vous l’avez connu avec le SLO il y a deux ans, alors en Promotion League (les Lausannois ont fait la course en tête durant tout le championnat). Vous savez donc comment gérer ce genre de situation.

C’est vrai que cette expérience peut m’aider à garder les pieds sur terre, à continuer à travailler. Vous savez, j’étais conscient de ce qui m’attendait en signant ici. Je connaissais l’objectif, et c’est la raison qui ma poussé à m’engager à YS. L’objectif de monter en Challenge League, un monde professionnel, doit suffire à motiver tout le monde. Mais attention, les séries peuvent vite s’inverser: il suffit de quelques résultats négatifs pour que la machine s’enraye.

Axel Danner, ici face à Black Stars.

YS: D’un point de vue personnel, comment conciliez-vous le football et l’enseignement ?

Cette saison j’ai la chance d’enseigner à 60%. Nous partageons une classe en binôme avec ma collègue. Cet emploi du temps m’offre notamment des matinées de repos. J’aime mon travail, j’aime ce que je fais, et je m’investis. Alors si je peux être un bon footballeur et un bon enseignant en même temps…

Nous remercions Axel Danner pour sa participation. Dimanche, YS affrontera donc le FC Münsingen à l’extérieur (14h) puis se déplacera à Nyon, mercredi (19h30) avant de recevoir Brühl SG le samedi 3 octobre (17h30). Tous derrière YS !

© Photo : Flashpress/ Allenspach

#AllezYS